Aromathérapie, les critères de qualité

Voilà un des premiers sujets que nous abordons dans la formation d’aromathérapie de base.

L’aromathérapie

Pour rappel, l’aromathérapie, c’est dit simplement la thérapie par les huiles essentielles et les hydrolats. Les huiles essentielles sont obtenues pour la plupart, par distillation à la vapeur d’eau, suivant le modèle de l’alambic. D’une distillation, nous avons au final deux produits : l’huile essentielle et l’hydrolat, soit l’eau qui a servi au transport des huiles essentielles.

Parmi les centaines de milliers de plantes qui existent sur terre, seules les plantes aromatiques, c’est-à-dire, celles qui ont une odeur caractéristique, fournissent des huiles essentielles. Vous avez sans doute fait l’expérience de frotter contre vos doigts des feuilles ou des fleurs et vous avez remarqué que vos doigts sentaient la plante en question. C’est bien ce genre de plantes qui sont utilisées pour faire des huiles essentielles.

La raison est que certaines plantes (aromatiques) possèdent des espèces de poches (vacuoles) qui contiennent des essences spécifiques dans leurs feuilles, fleurs, écorce, bois ou racines. Chaque plante synthétise ainsi des molécules spécifiques (esters, aldéhydes, phénols, terpènes, etc.) qui vont leur conférer une odeur unique et reconnaissable, variable selon le sol et le climat. En clair, un thym de Suisse n’aura probablement pas exactement la même composition chimique qu’un thym d’Italie.

Les huiles essentielles sont utilisées depuis des milliers d’années par l’humanité et notamment par les égyptiens. Que ce soit en médecine ou en parfumerie et cosmétique, les huiles essentielles sont devenues de plus en plus populaires. Je pense d’ailleurs qu’une grande majorité de gens en possèdent au moins une à la maison.

De nos jours, on trouve les huiles essentielles partout dans le commerce et sur internet et il est facile de se les procurer. Cependant, comme la qualité d’une plante aromatique dépend entre autre de la qualité du sol pour produire ces molécules aromatiques, il va de soi que le terrain doit être « propre », naturel. Cela nous amène aux critères de qualité.

Les critères de qualité

Pour faire le bon choix d’huile essentielle que nous allons utiliser dans notre environnement olfactif ou sur notre peau ou par voie orale, il faut s’assurer de sa qualité. Il faut que tous les points que nous allons aborder ici soient respectés. Ainsi, vous pourrez utiliser les huiles essentielles en toute confiance. En résumé, je vais vous apprendre à lire une étiquette.

N°1 : Le nom botanique exact

Les plantes en général sont appelées par leur nom commun, la lavande, la menthe, le romarin, le thym, etc. Cependant, chaque plante possède un nom botanique pour la différencier de ses « soeurs » et « cousines ». Cela veut dire que les plantes sont classifiées selon leur :

  • Famille botanique. Les familles botaniques classent les plantes selon leur apparence, soit avec des caractéristiques communes. Il y a les : apiacées, astéracées, , éricacées, géraniacées, lauracées, myrtacées, pinacées, poacées, rosacées, rutacées, valérianacées, etc. Bref, un sapin ne fait pas partie de la même famille qu’un basilic, c’est logique.
  • Genre : c’est le premier mot en latin ou grec avec la majuscule qui désigne des caractères similaires d’une même plante, comme par exemple les basilic, les menthes, les lavandes, les thyms, les sauges, etc.
  • Espèce : c’est le deuxième mot en latin ou grec avec la minuscule qui désigne la particularité de la plante, ce qui la distingue des autres qui lui ressemble.

Donc, sur l’étiquette, nous devons trouver le nom commun ET le nom botanique exact – généralement en italique – pour éviter de confondre deux huiles essentielles.

Quelques exemples :

  • Lavande vraie, Lavandula vera ou lavandula angustifolia
  • Lavande aspic, Lavandula latifolia
  • Menthe poivrée, Mentha piperita
  • Menthe verte (Nana), Mentha spicata, nana
  • Sauge officinale, Salvia officinalis
  • Sauge sclarée, Salvia sclarea

N°2 : « 100% pure et naturelle » ou Biologique

Cela paraît évident, mais cela mérite de le souligner. La qualité, nous l’avons déjà abordé, dépend du sol et du climat. Les molécules aromatiques sont très petites et vont pénétrer dans notre organisme par le nez, la peau et les muqueuses, suivant leur mode d’application. Il faut impérativement qu’elles soient le plus « propre » possible, c’est-à-dire exempt de toute substance artificielle ou chimique autre que les molécules qu’elles sont censées contenir. En clair, pas de pesticide ou autre produit de synthèse.

Parfois, il est écrit « culture conventionnelle ». Là, il faut avoir confiance en son fournisseur qui effectuera des contrôles spécifiques réguliers qu’on verra en point 5, afin de pouvoir garantir le critère « 100% pure et naturelle ». Ce test s’appliquera aussi sur les plantes sauvages qui ont été récoltées dans la nature. On ne peut pas être l’abri d’une pollution environnementale.

La culture biologique connaît des règles assez rigoureuses afin de pouvoir obtenir et conserver ce « label ». Donc il y aurait moins de souci à se faire.

N°3 : La provenance

Nous revenons encore sur le fait que le sol va influencer la chimie de la plante. Ce qui veut dire qu’une même plante qui a poussé en Suisse sera au niveau de sa biochimie différente de la même plante qui a poussé en Nouvelle Zélande.

Le sol fournit les nutriments à la plante afin qu’elle puisse fabriquer des sucres et le soleil fournit l’énergie à la plante pour qu’elle puisse synthétiser ces sucres en huiles essentielles.

Le pays d’origine doit figurer sur l’étiquette pour ne pas confondre les huiles essentielles entre elles. C’est ainsi que nous savons que l’Eucalyptus globulus suivant sa provenance, Portugal ou Australie contiendra une teneur en cétones monoterpéniques allant de 1 à 15%. Ce type de molécule a tout de même de sérieux effets secondaires ou contre-indications qui sont neurotoxiques et abortifs. Donc leur manipulation est délicate et nécessite une certaine connaissance afin de les utiliser à bon escient.

N°4 : La partie de la plante

Pour une même plante, il est parfois possible de fournir des huiles essentielles différentes. Par exemple l’oranger, Citrus aurantium, va donner trois huiles essentielles différentes selon qu’on distille ses fleurs ou ses feuilles/bourgeons ou qu’on extraie le zeste de ses fruits. Exemple avec les huiles essentielles suivantes :

  • Néroli, c’est la distillation de ses fleurs qui donne aussi l’hydrolat de fleurs d’oranger. Il faut compter à peu près 1 tonne de fleurs pour faire 1 litre d’huile essentielle. Cela explique aussi pourquoi cette huile essentielle est chère.
  • Orange est obtenue par extraction du zeste du fruit, c’est-à-dire que les pelures d’orange ont été triturées ou cassées mécaniquement pour en extraire les huiles essentielles. Nous avons tous fait l’expérience en période de Noël devant une bougie de plier une peau d’orange ou mandarine et ça a fait pschitt. C’est cela des poches à huiles essentielles.
  • Petitgrain bigarade, c’est la distillation des feuilles et bourgeons de l’oranger.

Ceci pour dire qu’au final, nous sommes en présence de trois huiles essentielles différentes qui ont une biochimie particulière et unique. Cela implique alors des propriétés et indications différentes propres à chacune de ses huiles essentielles et elles ne pourront pas être substituées les unes avec les autres.

N°5 : la chromatographie en phase gazeuse

C’est une analyse de contrôle qui déterminera la carte d’identité de l’huile essentielle. Dans ce test, nous pouvons lire tous les principes actifs contenus dans cette huile essentielle et leur quantité. Et s’il y a présence ou non d’autres molécules chimiques qui ne sont pas censées s’y trouver, comme des pesticides ou autre produit de synthèse. Cela arrive parfois avec l’huile essentielle de lavande. Certains producteurs n’hésitent pas à trafiquer les produits, par exemple distiller du lavandin, moins cher à la production et plus rapide à la distillation et de rajouter des arômes synthétiques (acétate de linalyle de synthèse) pour faire croire que c’est de la lavande vraie.

Ce test n’est pas gratuit et il est alors répercuté sur le prix de l’huile essentielle.

Si votre fournisseur est capable de vous fournir cette CG (chromatographie en phase gazeuse), alors c’est un producteur sérieux.

N°6 : un numéro de lot et une date d’échéance

Le numéro de lot est à mon sens plus important que la date d’échéance. Néanmoins, certaines huiles essentielles, notamment les zestes d’agrumes sont plus sensibles et moins stables que les huiles essentielles provenant de la distillation. Il faut alors se fier à l’odeur. Si l’odeur a changé, l’huile essentielle est périmée. En règle générale, les bonnes huiles essentielles se bonifient comme un bon vin avec le temps.

Le numéro de lot permettra d’une part de pouvoir remonter la filiale de l’utilisateur jusqu’au producteur, mais également d’associer une production à la fameuse CG. Si par exemple, un origan, Origanum compactum, destiné à la distillation a été récolté juste après un orage, il contiendra moins de phénol que s’il avait été récolté par temps sec.

N°7 : la couleur du flacon

Les huiles essentielles sont sensibles à la lumière et plus précisément aux rayons UV. Ce qui signifie que les huiles essentielles doivent être conditionnées dans des flacons foncés (bruns, bleus ou verts), afin de les protéger des rayons UV pour en pas les altérer. Une huile essentielle contenue dans un flacon transparent est à proscrire, car elle s’altérera plus rapidement.

N°8 : le prix

Il faut aussi tenir compte du prix de l’huile essentielle. Si la plupart des critères mentionnés ci-dessus sont respectés, mais que le prix est trop bon marché, il est logique de se poser la question comment est-ce possible ?

Je sais qu’il y a des distillations au format industriel, ce qui sous-entend une production tout autant industrielle. Et là, on touche un sujet sensible, qui soulève quelques questions.

  • Où se trouve l’Amour et le Respect de la Nature ?
  • Pourquoi sur-exploiter une plante pour faire du rendement et donc des bénéfices ?
  • Comment sont rémunérés tous les acteurs qui contribuent à la production des huiles essentielles ?

La qualité d’une huile essentielle, surtout au niveau énergétique, dépend aussi de tous ces facteurs. C’est pour tous ces critères de qualité que je fais confiance depuis 16 ans à la marque Oshadhi qui peut me les garantir.

J’espère que ces informations vous seront précieuses pour mieux choisir vos huiles essentielles et pouvoir les utiliser en toute sérénité. N’hésitez pas à partager cet article à votre cercle d’amis pour leur faire bénéficier de ces info 😉

Par amour de la connaissance

Alexandra Missirilan

La trousse Aroma Festival

Crédit photo : fotolia

Ceux qui me connaissent, savent que je suis une adepte du Paléo Festival de Nyon. J’y travaille chaque année depuis 16 ans comme bénévole à la Sécu et je peux vous dire que j’en ai des histoires à raconter 😉

Les huiles essentielles me suivent partout où que j’aille, je les prends toujours avec moi et j’en fais profiter mes acolytes, quand ils ont des bobos.

Je vous ai sélectionné 5 huiles essentielles à embarquer avec vous, lors de votre prochain festival. Mais avant de commencer,

Paléo Festival de Nyon 2018 à une heure un peu tardive 🙂

Un festival, c’est…

  • une ambiance festive. Que l’on soit seul ou accompagné, il y a du monde. On y va pour s’amuser et pas pour se prendre la tête. La joie est au rendez-vous.
  • de la musique. Celle qu’on aime et celle qu’on découvre. On y va pour les concerts, chanter, hurler, danser, se défouler. La joie est au rendez-vous.
  • de la nourriture. Une variété de cuisines des 4 coins du monde nous tend les bras. Pour ceux qui, comme moi, aiment manger, la joie est au rendez-vous.
  • des boissons. Lors d’un festival, il y a toujours le risque de tomber dans un « guet-apens-apéro ». L’abus d’alcool est nuisible pour la santé, mais la joie est au rendez-vous.

On a l’habitude de dire « ce qui se passe à Paléo, reste à Paléo ». C’est le bon moment de sortir de sa routine et se faire plaisir. Mais parfois, on dépasse les limites et ça fait mal. C’est à ce moment-là, qu’avoir une petite huile essentielle sous la main peut nous sauver la soirée.

Concert de Sting, Paléo 2015

Quelques recommandations

Se faire plaisir oui, mais abuser non. Quel intérêt de « faire la fête » jusqu’à ne plus s’en souvenir par la suite ?

Je vous écris cet article, non pas pour encourager la débauche ou l’abus d’alcool, jusqu’au coma éthylique, mais pour que vous puissiez profiter un max de votre festival. Les huiles essentielles vous permettront d’éviter le malaise. Être raisonnable « qui va piano va sano et surtout lontano » c’est ma devise !

Passons en revue quelques recommandations de base pour vivre un festival mémorable :

Boire ou conduire il faut choisir. L’alcool modifie notre comportement ainsi que nos réflexes. Il est dangereux de prendre le volant après avoir bu de l’alcool. Si vous avez l’intention de picoler, optez pour les transports en commun ou désigner un « sage » dans votre groupe qui restera à l’eau et vous ramènera à la maison sain et sauf.

J’vous ai ressorti un « dossier » 😀 Paléo 2009

S’hydrater avec de l’EAU. L’eau n’a d’ailleurs jamais fait rouiller personne, bien au contraire. Boire de l’alcool déshydrate énormément, ajouter à cela la chaleur, la transpiration, courir d’une scène à l’autre, le corps est mis à rude épreuve. Il n’y a que l’EAU qui hydrate. Alors, un verre de rosé ou une binch, ok, mais on boit aussi de l’eau (1 verre C2H5OH pour 1 verre H2O)

Se protéger des coups de chaleur. Un festival, en général, c’est en plein air, alors il faut se protéger la tête du soleil pour éviter la surchauffe : casquette, chapeau, béret, bandana, chacun son style. Combien j’en ai vu qui passait la journée entière devant les barrières de scène pour attendre en plein cagnard leur artiste préféré. Pas étonnant que le malaise guette. Donc on se couvre la tête et on boit de l’eau. Il faut aussi éviter les boissons trop glacées, le choc thermique peut être violent et aggraver le coup de chaleur. Le mieux si ça arrive, c’est boire de l’eau à température ambiante et à petites gorgées + se mouiller la tête et les bras, s’asseoir à l’ombre et respirer calmement. Appeler les secours si la situation est grave.

La nourriture peut aussi gâcher la fête. Il suffit d’un plat choisi dans un stand mal géré question hygiène et c’est la tourista du festival. Normalement, les stands sont bien surveillés à ce niveau et il n’y a pas de problème. Si cela arrive malgré tout, les huiles essentielles peuvent déjà bien aider. Très souvent, face à la diversité de nourriture, on craque et on finit par manger tout et n’importe quoi dans n’importe quel ordre, et c’est la panne de digestion, le mal de ventre assuré. Là aussi, pour profiter de la fête, le mieux c’est d’être raisonnable. Le sandwich à la fondue suivi d’une glace, sauf si vous avez un feu digestif ultra performant ok, mais pour la plupart, la glace éteindra le feu digestif et impossible de digérer correctement le sandwich-fondue.

La musique, dans les concerts en plein air est souvent très forte. Les acouphènes peuvent survenir après une exposition même de courte durée et c’est franchement très désagréable. Alors pour les éviter, mettez des bouchons d’oreille. En général, ils sont distribués gratuitement.

Les bonnes chaussures. Un festival en plein air, c’est aussi un terrain fait de terre et d’herbe. En cas de pluie, le terrain devient boueux, glissant et c’est là qu’on peut facilement perdre ses claquettes ou talons aiguilles. De plus des chaussures non adaptées et vos pieds vous feront mal très vite. Mettez des chaussures fermées (baskets, rando, Doc, etc.) dans lesquelles vous êtes à l’aise. Ce serait dommage de vous faire écraser les pieds dans un mouvement de foule.

Bon, je crois avoir fait le tour…. Voyons à présent comment constituer sa trousse aroma-festival.

Aromathérapie et Festival

La trousse Aroma-Festival

L’intérêt de prendre avec soi des huiles essentielles à un festival, c’est que dans son sac, elles ne prennent quasiment pas de place. Petites par leur taille et efficaces par leur concentration en principes actifs, les huiles essentielles sont idéales dans une petite trousse-pharmacie.

N°1 Épinette noire, Picea mariana

On va à un festival pour profiter de voir des concerts et des amis. On veut avoir de l’énergie. Pour éviter les coups de mou, l’épinette noire est celle qu’il vous faut.

En effet, l’épinette noire est un puissant tonique qui réveille notre vitalité. Je vous recommande, si vous avez l’intention de faire toute la nuit, d’appliquer 3-4 gouttes sur la zone des surrénales vers les 15h00 et si nécessaire 2-3 gouttes sur les avant-bras vers 22h00. Ceci ne vous empêchera pas de dormir à 6h du mat’ 😉

Sinon, l’épinette noire est un excellent remède contre les refroidissements (bronchite), elle booste le système immunitaire. De plus, elle a un effet cortisone-like, sur les douleurs articulaires, elle peut bien soulager. Elle est aussi antiseptique et intéressante en cas d’acné.

N°2 Citron, Citrus lemonum

Le citron est avant tout un tonique hépatique et biliaire. Il est parfois utilisé comme antidote aux poisons. Il peut aussi être utile en cas de léthargie, comme après avoir trop mangé ou bu. Si cela arrive, lapez sur le dos de votre main 1 goutte de citron suivi d’un peu d’eau et hop hop hop ça repart.

L’huile essentielle de citron permet également de réagir de manière plus rationnelle et pragmatique, en cas de chaos émotionnel et ainsi prendre des décisions sans émotivité.

Généralement, on utilise cette huile essentielle en diffusion comme désinfectant atmosphérique, car elle a quelques contre-indications : photosensible et dermocaustique.

N°3 Menthe poivrée, Mentha piperita

La menthe poivrée est avant tout rafraîchissante. Elle est utile lors de canicule, coups de chaleur, quelques gouttes sur un éventail et le tour est joué. Sur ce lien je vous explique comment faire

Si vous avez vraiment trop picolé et que vous êtes sur le point « d’aller au renard », appliquez 1 goutte sur la langue avec une petite gorgée d’eau; vous verrez bien si ça passe ou ça casse. En tout cas, ça ira mieux après. La menthe poivrée stimule la digestion et revitalise le foie et la vésicule biliaire, en cas de nausées, vomissements.

Il y a beaucoup de choses à dire sur la menthe poivrée, grâce à son effet fraîcheur, dû, entre autre à son menthol, quand vous avez les jambes chaudes et gonflées, appliquez une dizaine de gouttes sur vos mollets et chevilles et massez jusqu’à pénétration, puis arrosez-les avec de l’eau. Cela réactivera la circulation sanguine.

Le rosé de la veille tape un peu trop fort ? Mal à la tête ? Appliquez 2-3 gouttes sur les tempes, le front et l’arrière de la nuque, attention aux yeux !!

Petit bémol pour ceux qui prennent de l’homéopathie, à éviter de l’utiliser en même temps. Et par principe de précaution, grossesse uniquement à respirer et pas pour les enfants en-dessous de 4 ans

N°4 Géranium rosat, Pelargonium x asperum

Voilà encore une huile essentielle où il y a beaucoup de choses à dire, car le géranium a plusieurs utilités.

Il repousse les insectes; quelques goutte à masser sur les zones exposées et vous ne serez pas dérangé par les moustiques.

Il éloigne également les nuisibles dans tous les sens du terme, quelques gouttes sur les poignets et vous êtes moins bousculés dans la foule.

Il permet de se créer un environnement de bien-être et de ressentir la joie inconditionnelle, quelques gouttes appliquées sur la poitrine et les avant-bras, pour rester centré et optimiste.

Il attire ce qui est positif pour soi, donc on fait des belles rencontres. Quelques gouttes sur le plexus solaire et derrière les oreilles

Il a un effet protecteur, quelques gouttes sur son sac et personne ne vous le volera.

Le géranium rosat est aussi un puissant régénérateur de la peau combiné à un excellent antiseptique et peut être utilisé dans une base d’huile de jojoba comme sérum visage en cas d’acné.

N°5 Rosalina, Melaleuca ericifolia

Vous avez pris froid ? Il faut dire que la journée il fait chaud, mais les nuits sont parfois fraîches, ajouter à cela consommer des boissons glacées, hurler toute la soirée et c’est l’angine ou l’extinction de voix assurée. Dans ce cas, avaler 1 goutte de rosalina toutes les 2 heures et ça devrait passer.

Elle peut aussi être utile en cas de grippe intestinale, car elle a des vertus bactéricides à large spectre, fongicide et virucide.

C’est une excellente huile essentielle sans contre-indication, douce et efficace pour les troubles respiratoires et les dermatoses.

Au niveau énergétique, elle nous aide recevoir ce que la vie offre.

Et vous voilà parés pour vivre un festival mémorable ! Vous n’avez plus qu’à profiter avec modération 😉

Alexandra Missirlian

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager.

Si vous voulez en apprendre plus sur les huiles essentielles, inscrivez-vous au cours d’aromathérapie de base

Top 5 des Huiles Essentielles en voyage

huile essentielle de cannelle de Chine
Contre la tourista :
huile essentielle de
Cannelle de Chine (Cinnamomum cassia)

Quelles huiles essentielles prendre en voyage ?

Lorsque l’on part en voyage, c’est toujours le même dilemme : quoi prendre qui ne prenne pas trop de place et qui ne soit pas trop lourd. Cela implique de faire des choix. Pour vous simplifier la tâche, je vous ai sélectionné 5 huiles essentielles indispensables pour partir en voyage.

Récemment, je suis partie en Inde, à Bénarès pour rendre visite à ma « famille indienne ». J’ai bien sûr emmené avec moi quelques huiles essentielles qui m’ont servies à me soigner ainsi que mes amis.

Le top 5 des indispensables

No 1 : Cannelle de Chine

Source de l’image : http://www.passeportsante.net

La cannelle de Chine (Cinnamomum cassia) est l’indispensable pour lutter contre la fameuse tourista. En effet, dès que l’on change de pays, il faut que notre organisme s’adapte à l’alimentation et aux bactéries locales. Ce qui engendre les premiers jours, une légère diarrhée.

Notre système immunitaire se localise à 70% dans notre tube digestif. Il faut donc faire extrêmement attention à l’hygiène et éviter les crudités, surtout dans les pays tropicaux. Ce n’est qu’au bout de quelques semaines de voyage, lorsque notre immunité s’est familiarisée avec les germes locaux que nous pouvons introduire petit à petit quelques crudités.

Pour en revenir à la cannelle de Chine, elle s’utilise de la manière suivante :

à la fin du repas, mélangez 1 goutte d’huile essentielle de cannelle de Chine dans une cuillère à café de miel et avalez

La cannelle de Chine contient des principes actifs puissants, tels que le cinnamaldéhyde, benzaldéhyde et l’iso-eugénol la rendant redoutable contre 98% des germes pathogènes. Elle est donc un bactéricide à large spectre très utile pour aider notre organisme à se familiariser avec la « faune locale »…lol 😀

Cela dit, si vous avez contracté des amibes, la cannelle de Chine ne sera pas efficace et il faudra la remplacer par l’huile essentielle de Sarriette des montagnes (Satureja montana) avec la même posologie. Celle-ci peut contenir jusqu’à 60% de carvacrol, le plus puissant des phénols agissant particulièrement sur les systèmes digestif et urinaire, aussi bactériostatique efficace contre l’Echerichia coli. De plus, elle a dans sa biochimie des monoterpénols comme le terpinéol-4, excellent bactéricide.

No 2 : Citronnelle

La prévention est la mère des vertus ! Suivant la destination choisie, les moustiques peuvent être un véritable fléau et véhiculer des maladies graves telle que la malaria. Les moustiques sont en général plus agressifs à la tombée de la nuit. Couvrez-vous un maximum : pantalon long, chemise ou T-shirt longues manches et chaussettes.

Top 5 des huiles essentielles pour l'été Citronnelle
Citronnelle
Cymbopogon winterianus

La citronnelle est la référence en tant que répulsif à moustique. Cela s’explique par sa teneur en citronnellal un aldéhyde qui agit comme répulsif à insectes, soutenu par le citronnellol, un monoterpénol qui a les mêmes vertus.

Normalement, il n’y a aucune contre-indication à l’appliquer sur la peau. Faites néanmoins un test dans le creux du coude où la peau est plus fine pour vérifier si vous la supportez.

La citronnelle s’applique de la manière suivante :

appliquez quelques gouttes pures d’huile essentielle de citronnelle sur les parties du corps non couvertes par les vêtements (poignets, chevilles, cou/nuque). Si les moustiques sont hyper agressifs, appliquez également quelques gouttes sur vos habits.

Si vous ne supportez pas l’application pure de l’huile essentielle de citronnelle sur votre peau. Faites-vous, avant de partir, un flacon spray de 100ml avec 70ml d’hydrolat de Géranium + 30ml d’huile essentielle de citronnelle. Il faudra toujours bien secouer le flacon avant de sprayer.

No 3 : Tea tree

L’huile essentielle de Tea tree, Melaleuca alternifolia, est encore une indispensable pour le voyage. Sa composition biochimique explique à quel point elle est géniale. Elle contient :
Monoterpénols : 45% α-terpinéol, env. 40% terpinène 1-ol-4
– Monoterpènes : α et γ-terpinène, paracymène
– Oxydes 5% : 1.8 cinéol
– Sesquiterpènes 5-10% : viridiflorène

Ce n’est pas étonnant donc que ses propriétés majeures soient : antibactérien puissant à large spectre d’action, fongicide, antiparasitaire, antiviral et stimulant immunitaire. Cette huile essentielle est alors très efficace pour soulager les infections buccales, génitales, ORL et intestinales.

J’ai par hasard découvert cette huile essentielle de Tea tree sous une application totalement différente, pendant un déménagement où tout mon corps était courbaturé. J’en ai rajouté quelques gouttes dans mon gel douche BIO et me suis longuement savonnée avec ce mélange. C’est comme si elle m’ôtait toutes mes douleurs musculaires avec une sensation très agréable de fraîcheur.

En général, tout le monde la supporte très bien, même appliquée pure sur la peau ou avalée avec du miel.

En cas de mycose vaginale, appliquez quelques gouttes sur vos doigts et massez vos parties génitales avec. Il est possible de le mélanger avec un peu de miel et laisser agir quelques minutes avant de rincer et bien sécher la zone.

No 4 : Lavande aspic

Voici la lavande la plus efficace contre les brûlures qui vont du simple coup de soleil à la brûlure au 2ème degré. Cette huile essentielle a des propriétés très cicatrisantes et régénératrice cutanée. De plus, c’est un excellent mucolytique et expectorant, ainsi qu’un assez bon antiseptique, bactéricide, virucide et fongicide.

Source de l’image : wikipedia

Cette variété de lavande est utile en cas de sinusite, rhinite, infections des voies respiratoires, ainsi que pour soulager des migraines, soigner des boutons d’acné ou des plaies.

Selon sa provenance, elle peut contenir jusqu’à 70% de bornéon (camphre) surtout celle du Portugal. Ce qui en fait un super myorelaxant, anti-inflammatoire, antinévralgique.

Prudence toutefois durant la grossesse ou l’allaitement, de même que chez les enfants en bas âge, car elle contient quelques cétones monoterpéniques. En cas d’utilisation, il faut l’employer uniquement localement.

  • en cas de sinusite : appliquez 2 gouttes sur vos doigts et massez les ailes du nez, au-dessus des sourcils et sous les yeux. Ce sont les zones des sinus.
  • en cas de coup de soleil : appliquez une dizaine de gouttes mélangées avec une crème de corps naturelle et massez les zones concernées
  • en cas de brûlure : appliquez pure 1 goutte sur la brûlure et répétez jusqu’à cicatrisation

No 5 : Géranium rosat

Source de l’image :

www.aromatiques.com

Voici l’huile essentielle in-dis-pen-sable quand on part en voyage. C’est pour moi la championne et experte en « anti-vol ». Je m’explique… Au niveau énergétique, elle est extrêmement protectrice, car elle éloigne le négatif et attire le positif à soi.

Je l’utilise de la manière suivante :

Avant de partir, je verse quelques gouttes sur mon paillasson de porte d’entrée et quelques gouttes sous les fenêtres. J’évite ainsi les cambriolages durant mon absence. Ensuite, j’asperge chacun de mes bagages avec 1-2 gouttes. Durant le séjour, si je suis confrontée à une foule dense, j’applique sur mes poignets 2 gouttes, de même que sur mon plexus solaire. De cette façon, il ne m’arrive rien, ni à moi ni à mes affaires.

L’huile essentielle de géranium rosat a également des vertus régénératrices pour la peau, anti-inflammatoire analgésique, anti-infectieux surtout fongicide et elle combat le stress grâce à ses esters l’acétate et le formiate de géranyle.

D’autres huiles essentielles pour votre trousse de voyage

Eucalyptus radiata est idéale en cas de grippe, fièvre et infection des voies respiratoires. Application pure de quelques gouttes sous les pieds, sur le thorax, les ailes du nez et le front. À renouveler toutes les heures.

Eucalyptus citriodora, c’est un anti-inflammatoire et antalgique de base. Il agit sur les inflammations musculaires et articulaires. Application diluée dans de l’huile végétale sur les zones enflammées.

Basilic tropical (Ocimum basilicum de provenance Inde ou Egypte) pour ceux qui ont une digestion fragile : dyspepsie, foie encombré. Il est particulièrement antispasmodique. Mélangez 1-2 gouttes dans une cuillère à café de miel et avalez. Possible d’appliquer pure ou dilué dans une huile végétale sur la zone du foie

Bois de Cèdre de l’Atlas (Cedrus atlantica) si vous voyagez petit budget, ce qui inclut souvent les puces de lit (bed bugs) dans le prix de la chambre. Appliquez sur vos mains une dizaine de gouttes et passez-les sur les draps pour les imprégner.

Menthe poivrée (Mentha piperita) est la plus glaçante de toutes les huiles essentielles que je connaisse ! Idéale pour ceux qui ne supportent pas la chaleur. Quelques gouttes sur un éventail et vous avez l’air conditionnée…à l’huile de coude, mais l’effet est bluffant.

Et vous voilà parés pour partir sereinement en voyage !

si vous avez aimé cet article, merci de le partager à vos amis

si vous avez envie d’en apprendre plus sur l’aromathérapie, inscrivez-vous à l’un de mes cours 😉

TOP 5 des huiles huiles essentielles pour l’été

Le TOP 5 des huiles essentielles indispensables pour l’été

L’été rime avec chaleur, soleil, plage, BBQ et moustiques. La plupart des gens aiment le chaud, l’été et toutes les activités liées à cette saison. Sauf que certaines personnes peuvent plus ou moins souffrir durant cette période de la chaleur justement. Je vous propose ici une sélection du top 5 des meilleures huiles essentielles pour passer un été serein qui vous laissera de beaux souvenirs.

TOP 5 des meilleures huiles essentielles pour l’été, c’est parti…

N° 1 Quoi faire contre cette chaleur ?

La première de ce Top 5 qu’il faut absolument pou vous rafraîchir et qui a même un effet refroidissant…
La numéro 1 est la menthe poivrée (Mentha piperita). Elle est très indiquée en cas de :

  • migraine –> masser les tempes avec 1 goutte ainsi que sur les 2 points qu’on appelle les portes du paradis de part et d’autre de l’occiput. Parfois en massant les pieds avec 2-3 gouttes cela apporte aussi du soulagement.
  • indigestion, nausées –> appliquez 1-2 gouttes sur le bout de vos doigts et masser la zone de l’estomac en enfonçant vos doigts sous vos côtes flottantes et en faisant un mouvement vers l’extérieur comme si vous vouliez ouvrir. Posez 1 goutte sur le dos de votre main, léchez la goutte et buvez un petit verre d’eau. Soulagement garanti, vous verrez si « ça passe ou ça casse » 😉
    INTERDIT AUX FEMMES ENCEINTES ET AUX ENFANTS EN-DESSOUS DE 10 ANS
  • éruption cutanée brutale –> appliquez pure 1-2 gouttes sur le « rush » et répétez l’opération toutes les 2 heures, ça soulage les démangeaisons qui accompagnent cette affection.
  • bouffées de chaleur –> il vous faut vous munir d’un éventail en tissu. Versez 3 à 5 gouttes sur l’éventail et ventilez-vous. Effet fraîcheur garanti 😀
  • N’oubliez pas l’hydrolat de menthe poivrée
    • à boire : 1 cuillère à café dans un verre d’eau pour se rafraîchir et rajouter une rondelle de citron 😉
    • à sprayer sur soi en cas de bouffée de chaleur

N° 2 Les coups de soleil

Un coup de soleil est le plus souvent une brûlure du premier degré : rougeur et chaleur. Dans ces cas, il faut dans ce cas une huile essentielle qui coupe la brûlure :
la lavande aspic (Lavandula latifolia). Elle est aussi très indiquée en cas de :

  • sinusite, migraine –> appliquez 1 goutte sur le bout de vos doigts et massez la zone entre les sourcils et tournez autour de l’oeil (pas dans l’oeil !!) en faisant des mini spirales.
  • bouton d’acné –> appliquez pure 1 goutte sur le bouton matin et soir jusqu’à disparition
  • piqûre de guêpes, abeilles –> appliquez 1 goutte sur la piqûre toutes les 10 minutes jusqu’à apaisement.
  • coup de soleil –> mélangez 1 cuillère à soupe d’huile de millepertuis avec 10 gouttes de lavande aspic et massez la zone du coup de soleil. Évitez d’exposer cette zone au soleil le lendemain. Si vous voulez que le rouge tourne rapidement au brun, rajoutez 10 gouttes d’ylang-ylang complète (riche en sesquiterpènes, Cananga odorata)

Découvrez mon tout dernier article « comment faire sa macération d’huile de millepertuis » ou regardez ma dernière vidéo qui explique comment faire.

N° 3  Les moustiques vous dérangent ?

Les répulsifs naturels en aromathérapie sont les principes actifs : citronnellol qui donne cette odeur citronnée et dans une moindre mesure le bornéon qu’on retrouve d’ailleurs dans la lavande aspic.

La meilleure huile essentielle pour chasser les moustiques est la citronnelle (Cymbopogon winterianus). Elle est aussi indiquée en cas de :

  • protection contre les moustiques –> appliquez quelques gouttes dans vos mains et effleurez votre peau sur les zones exposées, faite de même sur vos habits. Vous pouvez aussi vous confectionner un flacon spray de 50ml : versez 50 à 60 gouttes et complétez avec de l’eau déminéralisée. Il faudra agiter fortement le flacon avant chaque utilisation.
  • rhumatisme –> en effet, la citronnelle contient avant tout du citronnellal qui a des vertus anti-inflammatoires. Mélangez 1 cuillère à soupe d’huile de millepertuis + 10 gouttes d’eucalyptus citriodora + 10 gouttes d’encens indien (Boswelia serrata) + 10 goutte de citronnelle. NB : PHOTOSENSIBILISANT

N° 4 Allergie au soleil ?

Si vous avez des allergies en été, alors il vous faut la camomille bleue. J’en connais deux sortes différentes : la camomille bleue matricaire (Chamomilla matricaria) et la camomille bleue de l’Atlas (Tanacetum annuum).

La différence entre les deux, c’est que :

  • la camomille matricaire est indiquée pour les allergies respiratoires et digestives, tandis que
  • la camomille bleue de l’Atlas est idéale pour les allergies cutanées. Dans ce cas, mélangez 5 gouttes dans 1 cuillère à soupe d’huile de rose musquée et massez la zone, plusieurs fois par jour.
    N’oubliez pas de sprayer l’hydrolat de camomille bleue sur la zone

N° 5 Pas de Chanel mais tout aussi sexy

En été, la séduction est de mise. Alors pour éveiller votre sensualité, il vous faut une huile essentielle qui sent bon l’exotisme : l’ylang-ylang (Cananga odorata). L’ylang-ylang extra sup. est plus riche en esters que sa soeur ylang-ylang complète, qui elle, est plus riche en sesquiterpènes. Les esters donnent une note de gaieté et une touche très pétillante. Tandis que les sesquiterpènes donnent un côté plus profond et capiteux. Mon astuce : 1-2 gouttes derrière les oreilles et dans les cheveux.

L’ylang-ylang est aussi indiquée en cas de :

  • ventre noué et crispé –> 5 gouttes dans une cuillère à soupe d’huile d’amande douce et massez le ventre dans le sens horaire.
  • mental trop actif –> humez le flacon pendant 2 minutes consécutives ou encore mieux diffusez dans votre chambre à coucher 30 minutes avant de vous glisser sous les draps.

Et voilà ! Vous voilà parés pour passer un bel été !

Laissez-moi un commentaire pour partager votre enthousiasme et vos expériences.

Vos amis sur les réseaux sociaux aimeraient lire cet article ? La connaissance, c’est comme l’amour, ça se partage.

D’ici à la prochaine fois, prenez soin de vous !

Alexandra

Vous pouvez également me suivre sur FaceBook :

https://www.facebook.com/alexandra.jyoti/

https://www.facebook.com/alexandrapremaveda/

Sur YouTube : https://www.youtube.com/channel/UCmdajZvCT8ExUEVcOKaQPrA

Sur mes blogs :

https://ayurveda-therapies.ch/

Et sur Instagram : https://www.instagram.com/alexandramissirlian

les huiles essentielles pour l’hiver

Une santé de fer dans un bonheur de velours…

La santé est notre bien le plus précieux. Nous nous en rendons souvent compte au moment où nous la perdons. Raison pour laquelle, nous devons en prendre soin.

Si nous sommes heureux, nous créons les conditions idéales pour être en bonne santé.

Je profite de vous rappeler quelques huiles essentielles indispensables pour finir la saison de l’hiver dans la joie et en bonne santé :

N°1 Orange, zeste – Citrus sinensis
Parfaite pour la diffusion, l’orange assainit l’atmosphère tout en créant en ambiance joyeuse, propice à la communication, la créativité. Elle stimule la curiosité et invite à oser faire de nouvelles choses.
Astuce : diffusez-la dans la chambre à coucher avant de dormir, elle amène le lâcher-prise et favorise l’endormissement, tout en désinfectant l’air.

N°2 Sapin baumier – Abies balsamea
Également parfait pour la diffusion, le sapin baumier comme son nom l’indique, nous enveloppe et nous transmet force, courage et optimisme. Symbole de poumon de la nature du fait que ses aiguilles sont persistantes, le sapin baumier est un excellent antiseptique des voies respirations, en cas de bronchite, rhume et refroidissement. Il peut être combiné avec le Ravintsara, l’Eucalyptus radiata et la Cardamome pour plus d’efficacité.

N°3 Ravintsara – Cinnamomum camphora
Son odeur rappelle celle de l’Eucalyptus radiata. J’aime bien l’appeler le « Tamiflu » de l’aromathérapie ! voici une des huiles essentielles les plus redoutables sur tous les types de virus (grippe, et même zona, herpès).
Quelques gouttes pures sous les pieds et/ou quelques gouttes diluées dans 1 cuillère à café d’huile de calendula sur le thorax + 1 goutte sur la langue avec du miel toutes les 2 heures jusqu’à amélioration.
À éviter le premier trimestre de grossesse et chez les enfants en-dessous de 4 ans.

N°4 Eucalyptus radiata
Si Hiver = Rhume, solution = Eucalyptus radiata. Appliquez quelques gouttes sur un mouchoir et respirer.
Pour plus d’efficacité, utilisez le spray nasal Respir’Libre 3x/jour pour nettoyer et assainir le nez. Vous éviterez ainsi que le rhume ne dégénère en angine ou otite ou bronchite.

N°5 Rose – Rosa Damascena
Mieux que le No5 de Chanel, l’huile essentielle de Rose développe l’Amour Universel, transforme les colères et frustrations en tendresse et amour.
Mélangez 1ml d’huile essentielle de Rose dans 9ml d’huile de Jojoba. Appliquez quelques gouttes du mélange sur la zone du plexus solaire et boire l’hydrolat de Rose 1 cuillère à soupe dans 1 litre d’eau. Un mantra qui s’associe bien avec ce rituel est AHAM PREMA, qui signifie « Je suis Amour ».

N°6 Copaïba – Copaifera reticulata
Pour que 2018 soit une année d’exception, la Pentanalogie nous enseigne qu’il est nécessaire maintenant  de guérir nos blessures du 2ème chakra et de connecter celui-ci au 5ème chakra. Nous devons transformer, purifier et laisser partir des vieux « programmes » existants devenus obsolètes afin de pouvoir accueillir le NOUVEAU. Le Copaïba, à l’odeur vanillée, est un puissant cicatrisant autant physique qu’énergétique, sur le 2ème chakra
Mélangez 2-3 gouttes de Copaïba dans 1 cuillère à café d’huile de noisette et massez le bas ventre, le bas du dos et les poignets, le soir avant de vous coucher. Le matin, massez les poignets et le front.

N°7 Cardamome – Eletteria cardamomum
Voilà une plante polyvalente et pétillante ! La Cardamome est une des huiles essentielles les plus complexes en principes actifs. Mais pour faire simple, retenez qu’elle est tonique, digestive, anti-inflectieuse, stimulante métabolique, analgésique, mucolytique et expectorante. La Cardamome ouvre le 5ème chakra du cou et nous aide à développer nos capacités extra-ordinaires !!
Le mode d’emploi est sur le même principe que Ravintsara.
À éviter le premier trimestre de grossesse et chez les enfants en-dessous de 8 ans.

Vous voilà parés pour finir l’hiver dans une santé de fer…Que du bonheur !

Top 10 des huiles essentielles de la pharmacie maison

C’est pas évident de sélectionner le top 10 des huiles essentielles, alors que je travaille avec presque 200.

Les huiles essentielles sont de plus en plus populaires. On les trouve partout dans le commerce. Sans chercher à polémiquer, je pense tout de même qu’il est indispensable de se former pour pouvoir les utiliser en toute sérénité. À défaut, lorsque vous achetez vos huiles essentielles, veillez à être bien conseillés.

huiles essentielles, huiles essentielles bio, huiles essentielles suisse, aromathérapie, école, formation, cours, suisse romande, oshadhi

En effet, on ne se rend pas forcément compte que derrière un petit flacon ou une odeur agréable, il y a des principes actifs qui peuvent être dangereux. Pour faire un parallèle avec les médicaments, pas tous sont vendus en libre-service. Il y a parfois besoin d’une ordonnance du médecin pour en obtenir certains. Alors c’est pareil avec les huiles essentielles !

huiles essentielles, oshadhi, aromathérapie, huile essentielle de ravintsara, huiles essentielles oshadhi suisse, huiles essentielles bioJ’ai sélectionné pour vous le top 10 huiles essentielles indispensables à avoir à la maison.

Les indications thérapeutiques indiquées ci-dessous ne remplacent pas une consultation avec un thérapeute diplômé. Veuillez aussi respecter les indications et dosages.

Le Top 10 des Huiles Essentielles de la pharmacie maison

No 1 – Ciste (Cistus ladaniferus)

Petite coupure, saignement et plaies, règles abondantes

  • Coupure : appliquer 1 goutte pure directement sur la coupure
  • Saignement : appliquer 1 goutte pure sur la plaie, répéter jusqu’à l’arrêt du saignement
  • Plaies : 1 goutte pure sur la zone 4-5 x/jour
  • Règles abondantes : mélanger 3 gouttes dans 1 cuillère à café d’huile végétale comme la noisette et masser le bas ventre. Boire aussi l’hydrolat de Ciste, 1 cuillère à café dans une tasse d’eau chaude.

L’huile essentielle de Ciste contient des monoterpènes, sesquiterpénols, des monoterpénols dont le terpinéol-4 et des esters. Ce complexe biochimique donne un remède extraordinaire sur les plaies et coupures.

Le Ciste désinfecte (bactéricide, virucide) les plaies, même infectées. Il soulage la douleur, coupe les petites hémorragies et favorise une cicatrisation rapide.

L’huile essentielle de Ciste est aussi efficace sur les maladies infantiles comme la varicelle. Dans une cuillère à soupe d’huile de calendula ajouter 2 gouttes de Ciste, 2 gouttes de Ravintsara, 1 goutte de Lavande. Masser les zones affectées.

No 2 – Lavande aspic (Lavandula latifolia)

Brûlure 1er degré, coup de soleil, cicatrisant, acné

  • Brûlure : rincer d’abord à l’eau froide et appliquer 1 goutte pure sur la zone 4-5x/jour. MAX 7 jours de traitement
  • Coup de soleil : mélanger 3 gouttes de lavande aspic dans 1 cuillère à soupe d’huile végétale (de préférence millepertuis) et masser la zone
  • Acné : appliquer 1 goutte pure sur le bouton 1-2x/jour

L’huile essentielle de Lavande aspic contient des oxydes, des cétones monoterpéniques (bornéon), des monoterpénols et des monoterpènes. La complexité de ces principes actifs font de la Lavande aspic un remède idéal en cas de brûlure.

La Lavande aspic coupe la sensation de feu, désinfecte et favorise la cicatrisation rapide.

Prudence avec les femmes enceintes et les enfants en bas-âge, il est préférable de ne pas l’utiliser

No 3 – Menthe poivrée (Mentha piperita)

Mal de tête, nausées, rafraîchissant

  • Mal de tête : appliquer 1 goutte sur les tempes et masser
  • Nausées : humer le flacon régulièrement
  • Se rafraîchir : appliquer 3 gouttes sur un éventail et ventiler devant le visage

L’huile essentielle de Menthe poivrée contient des monoterpénols (menthol), des cétones monoterpéniques, des oxydes, des esters et des monoterpènes. La combinaison de toutes ces molécules fait de la Menthe poivrée, la plus refroidissante des huiles essentielles.

La Menthe poivrée peut être utilisée pour la digestion après un repas lourd et arrosé en avalant 1 goutte sur un bout de pain.

Après une éruption cutanée fulgurante et qui démange beaucoup, appliquer 1 goutte dans 1 cuillère à café de crème bio et masser la zone.

Prudence avec les femmes enceintes et les enfants en bas-âge, il est préférable de ne pas l’utiliser. En général, veuillez ne pas abuser de cette huile essentielle qui peut provoquer un arrêt cardiaque

No 4 – Ravintsara (Cinnamomum camphora)

Grippe, virus, herpès

  • Grippe, par voie orale : prendre 1 goutte dans 1 cuillère à café de miel 3-5x/jour les premiers jours. Continuer avec l’hydrolat de Ravintsara : 1 cuillère à café dans une tasse d’eau chaude 3-5x/jour
  • Grippe, par voie cutanée : appliquer 1 goutte pure sur le thorax, les avant-bras et les poignets 5-6x/jour
  • Herpès : 1 goutte pure sur la zone affectée 3-5x/jour

L’huile essentielle de Ravintsara contient des oxydes, des monoterpènes, des sesquiterpènes, des monoterpénols, des esters et des traces de phénols. La présence de monoterpénols et phénols dans une même huile essentielle signe son efficacité antivirale et bactéricide puissante.

Le Ravintsara est un détoxiquant général et tonique nerveux. Il a des effets sédatifs aussi intéressant en favorisant le sommeil : quelques gouttes sur l’oreiller.

Prudence avec les peaux sensibles, irritant possible. Faire un test au préalable dans le creux du coude

No 5 – Tea tree (Melaleuca alternifolia)

Désinfectant polyvalent, acné, mycose

  • Désinfectant : mélanger 20 gouttes dans 100ml d’eau oxygénée. Pour désinfecter une plaie
  • Acné : appliquer 2x/jour 1 goutte sur le bouton jusqu’à disparition
  • Mycose vaginale : mélanger 1 goutte de Tea tree dans 1 cuillère à café d’huile végétale de calendula. Possible d’alterner avec de l’aloé vera.

L’huile essentielle de Tea tree contient des monoterpénols dont alpha-terpinéol, des monoterpènes, des oxydes et des sesquiterpènes. C’est un antibactérien puissant à large spectre d’action, un antivirale et un fongicide très intéressant.

Le Tea tree est une huile essentielle indispensable à avoir à la maison. Elle aide en cas de troubles ORL, infections buccales, gynécologiques et intestinale. Elle est tout simplement très polyvalente.

No 6 – Eucalyptus radiata

Rhume, refroidissement

  • Rhume : 1 goutte sur un mouchoir à humer régulièrement + 3-4 gouttes sur le thorax et la plante des pieds 3x/jour
  • Refroidissement : voir rhume + faire des inhalations avec 1 goutte dans un bol d’eau bouillante, couvrir la tête et rester 10 minutes

L’huile essentielle d’Eucalyptus radiata contient des oxydes, des monoterpènes, des monoterpénols et des aldéhydes. Sa grande teneur en oxydes explique son effet expectorant et vivifiant qui facilite la respiration.

L’Eucalyptus radiata est aussi efficace pour faire baisser la fièvre. Faire simplement un bain de pied avec 1 poignée de sel marin + 4 gouttes d’Eucalyptus radiata, rester 10 minutes.

C’est une huile essentielle vraiment essentielle ! Elle n’a pas de contre-indication même pour les femmes enceintes et les enfants.
Attention : à ne pas confondre avec l’Eucalyptus globulus qui lui est toxique pendant la grossesse et chez les enfants

No 7 – Eucalyptus citriodora

Inflammations, douleurs

  • Muscle ou articulation : 2-3 gouttes pures sur la zone douloureuse et enflammée 3-4x/jour. C’est toujours mieux de mélanger l’huile essentielle avec une cuillère à café d’huile végétale comme l’arnica

Voilà un Grand Anti-Inflammatoire majeur dans la panoplie des huiles essentielles. C’est une des rares huiles essentielles qui contient des aldéhydes (citronnellal) combinés avec des sesquiterpènes beta-caryophyllène qui sont tous les deux des anti-inflammatoires.

Cela explique que c’est une huile essentielle incontournable pour soulager les douleurs articulaires et musculaires

L’eucalyptus citriodora contient aussi des monoterpénols et des esters ce qui lui donne des effets hypotensifs, calmants, voire sédatifs. Son odeur citronnée est très agréable apaisera les tempéraments « chauds ».

No 8 – Basilic indien (Ocimum basilicum, CT methylchavicol)

Digestion, hoquet, rhume des foins

  • Hoquet : appliquer 1 goutte sur votre doigt et passer-le sur la langue. Petit conseil : boire un verre d’eau après, le basilic indien est fort en goût 😉
  • Digestion : masser le ventre avec 3 gouttes de Basilic dans 1 cuillère à café d’huile d’olive. Prendre par voie orale 1 goutte sur un petit bout de pain.
  • Rhume des foins : appliquer 1 goutte sur le dos de la main et lécher. Il est recommandé de rajouter également les huiles essentielles de Galanga (Alpinia galanga) et Khella (Ammi visnaga)

L’huile essentielle de Basilic indien ou tropical contient une grande quantité de méthylchavicol qui est un éther spécifique antispasmodique, ce qui explique pourquoi elle est aussi efficace pour combattre le hoquet. Elle contient aussi des esters et des monoterpénols.

Le Basilic indien dissout les spasmes, elle a un tropisme particulier avec le tube digestif. Pas étonnant qu’elle soit aussi utilisée en cuisine en tant que plante aromatique !

Sur les douleurs rhumatismales, elle est aussi intéressante à rajouter dans un mélange, avec l’Eucalyptus citriodora par exemple et le Genévrier des montagnes.

C’est une de mes huiles essentielles préférées, je l’ai beaucoup utilisée le premier jour des règles sur les douleurs (seins, ventre et bas du dos).

Certaines personnes à la peau sensible peuvent réagir. Il est recommandé de faire un test dans le creux du coude au préalable.

No 9 – Immortelle (Helichrysum italicum)

Hématome

Hématome : appliquer 1 goutte pure sur la zone et masser délicatement en rond, 4-5x/jour pendant 2 jours

L’huile essentielle d’Immortelle contient une cétone diterpénique unique : l’italidione qui lui confère ses vertus anti-coagulantes. En effet, elle permet de résorber un hématome en quelques jours seulement.

Comme elle contient des cétones, il est préférable pour les femmes enceintes et les enfants de ne pas l’utiliser. En cas d’hématome, il est aussi possible de sprayer l’hydrolat d’Immortelle sur la zone.

No 10 – Épinette noire (Picea mariana)

Coup de pompe, fatigue, bronchite

  • Fatigue passagère, besoin d’un coup de boost : appliquer 2 gouttes sur la zone des surrénales le matin. Répéter si nécessaire encore 1 goutte dans le creux du coude l’après-midi
  • Bronchite : mélanger 3 gouttes d’Épinette noire + 3 gouttes d’Eucalyptus radiata + 2 gouttes de Tea tree + 2 gouttes de Ravintsara et masser la zone du thorax.
  • Inhalation : dans un bol d’eau bouillante, verser 1 goutte d’Épinette noire + 1 goutte d’Eucalyptus radiata. La tête au-dessus du col et couvrir la tête. Rester 10 minutes

L’huile essentielle d’Épinette noire contient des monoterpènes, des esters et des monoterpénols. Sa complexité biochimique de monoterpènes dont le delta-3-carène révèle non seulement sa puissante efficacité comme booster mais indique  aussi qu’elle a aussi des vertus antitussives.

L’Épinette noire est une huile essentielle idéale pour stimuler le système immunitaire et détoxiquer les voies respiratoires. Elle permet au corps de se régénérer.

Ne pas abuser tout de même avec cette huile essentielle, car elle stimule la production d’adrénaline. Je conseille deux semaines de traitement, respectez une pause de 10 jours et recommencer si nécessaire.

Voilà ! Mission accomplie 🙂 Vous avez de quoi vous constituer une belle pharmacie avec le top 10 des huiles essentielles indispensables.

Si le sujet vous intéresse. Si vous voulez en apprendre plus, je vous recommande de suivre l’un de mes cours. Cliquez ici

J’espère que cet article vous est utile. Partagez-le à vos amis.

A bientôt pour un prochain article

Alexandra Missirlian
Aromathérapeute diplômée, Institut Jyoti

La Carotte sauvage

La Carotte sauvage – Daucus carota

 

Une plante hyper intéressante et fascinante !

La carotte sauvage fait partie de la famille les Apiacées. Les sommités fleuries forment comme une ombelle. D’ailleurs l’ancien nom des apiacées est ombellifères 😉 Elle fait plusieurs ramifications avec à chaque fois des ombelles, lesquelles se déclinent encore en ombellules – une grande fleur constituée de plein de petites fleurs. Cette plante est reconnaissable grâce à sa fleur centrale de couleur pourpre. Ses feuilles sont très découpées en fines lamelles. Sa racine se gonfle et prend une teinte jaunâtre. Sa particularité, c’est qu’elle est bisannuelle, c’est-à-dire qu’elle se développe lentement surtout au niveau de sa racine la première année et la suivante sortent les tiges et les fleurs. Une autre particularité, c’est qu’une fois la fleur fécondée, elle se replie sur elle-même formant ainsi comme un nid d’oiseau.

Et cette année, j’en ai vu une belle quantité 😉

Vous trouverez facilement cette plante au bord des chemins, comme celui de la vidéo (patience, elle se trouve tout en bas de l’article), sur des terrains en friche où le sol est peu humide et plutôt sablonneux.

La carotte est cultivée depuis 2’000 ans, mais elle était en compétition avec le panais qui lui a volé la vedette durant longtemps. Elle était seulement consommée dans les périodes de misère. On le comprend aujourd’hui avec sa richesse de nutriments !

Traditionnellement, on a utilisé la carotte en tant que légume pour ses bienfaits nutritifs. Au Moyen Âge, on utilisait les fleurs et les feuilles comme remède chauffant. Les Grecs anciens faisaient des décoctions avec la carotte pour les pathologies liées au froid (rhume, toux froide et humide), de même que pour les maladies liées au foie, pancréas, rate. En effet, en grec daio signifie « j’échauffe ». En revanche, selon Hildegarde de Bingen, la carotte est froide et remplit seulement le ventre de l’homme !

Ses principes actifs

La racine est riche en carotène, en vitamines (B1, B2, C, D, F, PP), en minéraux (Calcium, phosphore, fer, sodium, potassium, magnésium), en mucilages, pectines et substances hypoglycémiantes et hypo-cholestérolémiantes.
Astuce nutrition : mangez les carottes cuites toujours avec une matière grasse, c’est pour mieux assimiler les vitamines liposolubles 😉

Les graines sont riches en huiles essentielles dont les principes actifs sont : (35-80%) sesquiterpénols, (15-45) sesquiterpènes, (10-22%) monoterpènes, et aussi des esters, oxydes et aldéhydes

Les bienfaits de l’huile essentielle

Puissant régénérant cutané : l’huile essentielle est très active sur la couche basale pour stimuler la production de cellule. Là réside une contre-indication importante pour les personnes qui ont eu ou qui ont un cancer ! Ne l’utilisez pas !

Drainant : la carotte agit sur le foie, le pancréas, la rate et les reins. Comme le foie est un organe qui gère le métabolisme des graisses, la carotte le stimule positivement en le régénérant et fait en même temps baisser le taux de cholestérol.
Pour bien faire, mieux vaut utiliser l’hydrolat qui a les mêmes propriétés, faites 40 jours de cure à raison d’1 cuillère à soupe dans 1 litre d’eau à boire la journée.

Une plante pour grandir

Les séparations ont tendance à nous ébranler à l’intérieur de nous, nous faisant perdre le sentiment de sécurité. La carotte est alors la plante idéale, sous forme d’huile essentielle ou hydrolat, pour se sentir à nouveau protégé.

Comme la plante a une base, mais plusieurs tiges, c’est une plante qui est faite pour les gens dispersés, elle les aide à se re-concentrer sur leur racine.

mon expérience avec la carotte

Ma chienne, Puja, est née dans la rue et a connu plusieurs propriétaires et refuges avant d’atterrir chez moi. C’est une chienne qui ne supporte pas de rester seule sans chercher soit à fuguer par tous les moyens (elle sait ouvrir les fenêtres !!!) soit à massacrer la porte d’entrée ou encore farfouiller à la cuisine. Bref, j’ai mis 1 cuillère à soupe d’hydrolat de carotte dans sa gamelle d’eau, sur une période d’un mois. Les progrès sont considérables. Elle n’a plus ouvert une seule fenêtre, ni volé la nourriture à la cuisine et j’ai remarqué que la porte n’est plus son bouc-émissaire. Elle tient maintenant facilement une heure à la maison.

Cet article vous a plu ?

Merci de le partager à votre réseau !

Par amour de la connaissance,

Alexandra

Source : De la Lumière à la guérison  (Depoërs, Ledoux, Meurin)

 

 

La cuisine ayurvédique

« La cuisine ayurvédique est source de bien-être, de santé et de joie »

Selon l’Ayurvéda, le système digestif est le plus important des systèmes. Il permet de nourrir correctement l’organisme et aussi d’éliminer ce qui n’est pas utilisé par l’organisme. Tout comme notre voiture pour qu’elle puisse fonctionner normalement, notre corps a besoin aussi du bon carburant pour rester en bonne santé. On ne met pas dans son réservoir à essence du Diesel alors que la voiture marche à l’essence ! La base de la nutrition ayurvédique tient sur 2 piliers :

  • maintenir son Feu Digestif Agni au TOP, cela veut dire qu’il ne soit ni trop faible ni excessif.
  • manger selon sa constitution en équilibrant dans son assiette les 6 goûts/saveurs ou Rasas.

Ballonnements, gaz, constipation, diarrhées, sensations de brûlures, de lourdeur ou de pesanteur voire parfois somnolence après les repas, sont les petits tracas du quotidien.

Selon l’Ayurvéda, cela indique que le Feu Digestif Agni ne fonctionne pas correctement et que les aliments consommés en terme de goût déséquilibrent les Doshas. Pour toutes ces raisons, il est indispensable d’avoir une alimentation équilibrée et adaptée à sa constitution et à son feu digestif qui varie d’un individu à l’autre. Encore une fois, l’Ayurvéda traite au cas par cas, il n’y a pas de standard, chacun est unique. Quand on vit seul c’est ultra facile, et quand on vit en communauté, la solution c’est de s’adapter.

La manière de cuisiner et la façon dont on mange et ce que l’on mange influencent notre bien-être et notre santé. « Que ton aliment soit ton médicament » disait Hippocrate. L’alimentation est la base de la santé. L’Ayurvéda l’a compris il y a bien longtemps et recommande une alimentation de saison BIO de préférence végétarienne et adaptée à sa constitution Vata, Pitta ou Kapha et à son Feu digestif Agni. Certains aliments ont d’une part une qualité froide ou chauffante, ce qui influence Agni et d’autre part, un certain goût (Rasa) ce qui influence les Doshas : Vata, Pitta et Kapha. Il faut aussi savoir que l’Ayurvéda n’interdit rien et prône une alimentation plaisir.

Source de l’image : https://mythologica.fr/hindou/agni.htm

« Agni est le dieu du feu dans l’hindouisme, et sa flamme symbolique séjourne en toute chose : notre corps est animé de son feu sacré, source de vie (la digestion des aliments est une combustion), comme les pierres (deux pierres frottées donnent du feu). Portant la lumière dans le monde, Agni est le dieu de la purification. A chaque rituel accompli dans les temples, c’est lui qui s’offre en personne et porte les prières des hommes jusqu’aux dieux. Sa fumée s’élève lentement vers le ciel et véhicule les rêves des hommes. (…) Il délivre les hommes des souffrances du froid, le lave des souillures (l’eau bouillante purifie les aliments, l’eau chaude nettoie les intestins). Tel le premier alchimiste, il transforme la matière en pur esprit. (…) Agni est aussi prodigue en abondance matérielle et est associé aux mouvements d’argent, donc aux revenus. »
Vastu Shastra, Feng Shui Sacré de l’Inde par Alexandra Virag ; Édition Trajectoire

Agni tient un rôle clé dans notre homéostasie. Il est en charge d’une part de la transformation des aliments afin qu’ils puissent être absorbés correctement par notre muqueuse intestinale et d’autre part il est responsable de l’élimination des déchets dans tout l’organisme. Au niveau psychique, un Agni en excès peut donner des colères ou quand il est faible, le manque d’énergie se fait sentir. Les crudités, les plats et boissons froides le fragilisent à terme. En revanche, manger chaud des plats cuisinés et les boissons chaudes auront une influence bénéfique sur Agni.

D’une manière générale, Agni est :

  • calmé quand il est en excès (diarrhées, brûlures) par la qualité « fraîcheur » avec des épices ou hydrolats comme la coriandre, la menthe, la rose

  • tonifié quand il est faible (constipation, gaz) par la qualité « chaude » avec des épices ou des hydrolats comme le gingembre, le thym, la sarriette

Rappel : La tasse d’eau chaude du matin à jeun aide aussi à stimuler Agni. Ce petit geste quotidien représente la douche de l’intestin et aide à éliminer les déchets. C’est la mesure numéro 1 à mettre en place en cas de constipation.

En Ayurvéda tout est question de goût/saveurs ou Rasa en Sanskrit qui signifie « goût et nourrir ». Tout le monde connaît les 4 goûts primaires : sucré, salé, acide et amer. L’Ayurvéda distingue en fait 6 goûts : doux, salé, acide, amer, astringent et piquant.

1. Doux dont la fonction est d’accroître les tissus corporels se retrouve dans les céréales, laitages, viande, fruits, les graisses, certains légumes…
2. Acide a pour fonction d’aider à la digestion; il est dans les agrumes, le seigle, tamarin, les aliments fermentés, les fromages…
3. Salé purifie les tissus corporels et active la digestion et se retrouve dans le sel, les algues, les olives noires…
4. Amer nettoie le foie, ôte les toxines du corps; il se trouve dans les laitues, curcuma, livèche, céleri branche, aloé vera, le café, les alcaloïdes…
5. Piquant équilibre les sécrétions corporelles: il y en a dans le gingembre, les raves, radis, ail, oignon, les tanins…
6. Astringent ressert les tissus et réduit les sécrétions : il est présent dans les tisanes, épinards, pomme, miel, …

 Goût  Éléments  Propriétés  Doshas +/-  Équilibré  Sentiment  En excès
 Doux  Terre, Eau  Blocage  V- P- K+  Amour,  satisfaction  Avarice  Possessivité
 Acide  Terre, Feu  Blocage  V- P+ K+  Pertinence  mentale  Jalousie  Envie, regret,  rancune
 Salé  Eau, Feu  Purification  V- P+ K+  Légèreté  spirituelle  Envie  Dépendance,  rigidité
 Amer  Air, Éther  Purification  V+ P- K-  Clarté mentale,  capacité  à prendre du  recul  Soucis,  inquiétude  Déception,  grande angoisse
 Piquant  Feu, Air  Purification  V+ P+ K-  Ambition,  motivation  Colère  Haine,  ressentiment
 Astringent  Terre, Air  Blocage  V+ P- K-  Optimisme,  bien-être général  Peur  Paranoïa

Les 6 goûts affectent donc considérablement les Doshas : Vata, Pitta et Kapha, ainsi que l’esprit et les émotions. Il est important que les 6 goûts soient représentés dans l’assiette, afin d’éviter les frustrations, en privilégiant évidemment les 3 goûts favorables à sa constitution. Selon l’Ayurvéda la plupart des pathologies digestives et métaboliques sont déclenchées par des problèmes de goût. Si quelqu’un favorise surtout le goût sucré, il crée à terme des blocages à différents endroits de la physiologie, ce qui entraîne des maladies. De plus, en privilégiant 1 ou 2 goûts dans son alimentation, la satisfaction et la satiété ne sont pas atteintes, ce qui entraîne une perturbation au niveau du comportement alimentaire. Plus on augmente un goût, plus on finit par en ressentir le «besoin». Résultat, c’est un besoin illusoire et on finit par perdre l’instinct de ce qui est sain pour sa santé.

« Air, Feu et Eau sont les 3 bases de la vie. » Sushruta

  • Vata est constitué essentiellement d’AIR et aussi de l’élément ÉTHER. Les goûts composés d’AIR augmentent naturellement Vata et ce sont : amer, astringent et piquant. Au final Vata ballonne !

  • Pitta est composé surtout de FEU avec un peu d’EAU. Les goûts où l’on retrouve l’élément FEU augmentent naturellement Pitta et ce sont : acide, salé et piquant. Pitta finit par s’enflamme !

  • Kapha est composé principalement d’EAU avec un peu de TERRE. Les goûts surtout doux et salé contiennent de l’élément EAU et augmentent naturellement Kapha. Résultat Kapha s’engorge et fait de la rétention d’eau !

Pour maintenir les Doshas en équilibre, il faut éviter de les pousser à l’excès. En clair, cela veut dire que chaque Dosha est nourri par les 3 goûts qui sont opposés à sa nature propre. Voici à quoi ressemble l’assiette idéale pour chaque constitution :

  • Vata privilégie en bonne quantité les goûts : doux, salé et acide. Les autres goûts (amer, astringent et piquant) seront représentés en petites quantités, symboliquement.

  • Pitta privilégie en bonne quantité les goûts : amer, doux et astringent. Les autres goûts (salé, piquant et acide) seront représentés symboliquement.

  • Kapha privilégie en bonne quantité les goûts : astringent, amer et piquant. Les autres goûts (doux, acide et salé) seront représentés en petites quantités.

La cuisine ayurvédique est très savoureuse, puisqu’elle utilise beaucoup les épices et elle procure au final bien-être, santé et joie !

Si vous vous reconnaissez là-dedans, il est toujours temps de changer quelque chose. Un changement dans les habitudes alimentaires prend nécessairement du temps, il faut y aller par étapes pour arriver au but final. La révolution est aussi délétère pour l’organisme que les mauvaises habitudes elles-mêmes. Le corps ne comprendrait pas un changement brutal, il risquerait d’avoir de la difficulté à éliminer les toxines et surtout de réagir proportionnellement (boutons, inconfort, diarrhées…). Il vaut mieux être accompagné dans ce changement et y aller par étape.

Si vous mettez en application les conseils ci-dessus, vous vous rendrez compte par vous-même que la santé et le bonheur passe par l’assiette ! Pour en savoir plus, rejoignez les cours :

Ayurvéda au quotidien pour connaître votre constitution ayurvédique et plein d’astuces pour rester en bonne santé toute l’année

Ateliers de cuisine ayurvédiques pour apprendre des recettes faciles à réaliser et un vrai régal pour vos papilles

Abonnez-vous à la Newsletter ;-)

Une fois par mois, recevez des conseils, astuces et les dates des prochains événements

You have successfully subscribed to the newsletter

Oups ! Il y a eu une erreur :-( Veuillez ressayez.

École Prema Veda utilise vos données uniquement dans le cadre de sa Newsletter mensuelle. Vous recevrez des conseils et astuces de santé, ainsi que les dates des prochains cours.